L’axe routier relie Béjaïa à Sétif et à Jijel: Deuxième jour de fermeture de la RN9 : le bras de fer habitants-wali de Béjaïa continue

Vous êtes ici  >  Accueil  >  Divers


Comment gérer la prise d’otages d’In Amenas ? Officiellement, les autorités algériennes ne négocieront pas avec les terroristes, a affirmé le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Dahou Ould Kablia, cité par l’agence APS. Mais les terroristes ont fait connaître leurs revendications : quitter l’Algérie avec les otages occidentaux. Ce que les Algériens refusent.

L’identité des auteurs de l’attaque reste inconnue. Seule certitude pour les autorités algériennes : les assaillants ne sont venus ni du Mali ni de Libye. Selon le ministre de l’Intérieur, ils sont originaires de la région d’Illizi. « Les assaillants ne pouvaient venir du Mali. Ils ne peuvent parcourir des milliers de kilomètres sans être repérés par l’armée fortement présente dans la région. Ils étaient encagoulés au moment de l’attaque pour ne pas être reconnus. Donc, ils sont de la région », confie à TSA une source sécuritaire. Mais si les autorités algériennes sont convaincues que les auteurs de l’attaque sont de la région d’Illizi, elles ne disposent pas d’informations sur leur identité.
 
 
Tester la détermination des preneurs d’otages
 
Depuis l’annonce de la prise d’otages, les services de sécurité cherchent à connaître le degré de détermination du groupe à l’origine de l’attaque, la première du genre contre un site pétrolier du sud du pays depuis le début des actions terroristes en 1992. Cet élément sera déterminant dans l’action des services de sécurité qui encerclent le site. Les preneurs d’otages sont‑ils des terroristes d’Aqmi ou du groupe de Mokhtar Benmokhtar, un dissident d’Al‑Qaïda ? Ou s’agit‑il d’un groupe de criminels bien équipé ayant profité de la survenue de la guerre au Mali pour s’attaquer à une base pétrolière, prendre en otage des employés occidentaux afin de gagner de l’argent ? « Les deux hypothèses sont valables. Pour le moment, on ne sait rien d’eux », explique notre source.
 
Les heures à venir seront décisives pour l’issue de cette gigantesque prise d’otages. « Si les preneurs d’otages sont des terroristes, cette prise d’otages se terminera sans doute d’une façon dramatique. S’il s’agit de criminels qui veulent de l’argent, il y a de fortes chances qu’elle se termine sans mort d’hommes », ajoute notre source. Si la première option était confirmée, les forces spéciales de l’armée, qui ont rapidement encerclé la partie de la base pétrolière où se sont retranchés les assaillants, pourraient donner l’assaut rapidement pour tenter de libérer les otages. Même si les risques d’un bain de sang sont élevés, une négociation avec des terroristes semble exclue.
 
 
Une attaque bien planifiée
 
L’attaque a bien été planifiée par ses auteurs qui étaient au courant des déplacements des étrangers. Chaque mercredi, des expatriés se rendent à l’aéroport d’In Amenas, situé près de la base pétrolière, pour prendre l’avion et rentrer chez eux. Ils sont escortés par des gendarmes affectés à la surveillance du site. « Les assaillants ont bien préparé leur opération et choisi le jour où les gendarmes chargés de la sécurité du site se séparent pour escorter une partie des expatriés se rendant à l’aéroport », explique notre source.

 

 
16/01/2013 à 22:22 | 2 commentairesRéagir

Articles relatifs

Vos réactions


la fermeté est de rigueur dans cette affaire.Surtout pas de négociations qui aboutiraient à l'acceptation des conditions des terroristes qui ne cherchent qu'à sortir de ce bourbier dont ils se sont mis dedans mais pas à leur désavantage comme ils croient pouvoir arriver.Pourquoi ils ont essayé d'ouvrir une brèche dans le dispositif d'encerclement pour s'enfuir peut-être avec quelques otages qui seront après utilisés comme monnaie d'échange.ça voudrait tout simplement dire qu'il y a un début de panique dans leurs rangs,malgré qu'ils sont réputés dans ce qu'on peut appeler l'irréductibilité dont ils ont toujours fait preuve.Je préconise la manière forte dans cette situation: les forces spéciales doivent donner l'assaut en fixant comme objectif que d'aucun des tangos ne peut être épargné même s'il y aura des pertes en vies humaines parmi les otages .

Il faut faire appel à Cheikh El Ghafour. C'est la conséquence de la mauvaise politique, du mépris, des passe droits et de la corruption. Le régionalisme d'un homme qui pour être le président de tous les algériens est demeuré prisonnier de son régionalisme. Il est resté dans le beylicat de Tlemcen.

  • 1
Autres titres de l'actualité
Nos services

Météo

alger
Alger

Minimum : 16°C
Maximum : 23°C
Constantine
Constantine

Minimum : 10°C
Maximum : 24°C
Oran
Oran

Minimum : 13°C
Maximum : 24°C