L’axe routier relie Béjaïa à Sétif et à Jijel: Deuxième jour de fermeture de la RN9 : le bras de fer habitants-wali de Béjaïa continue

Vous êtes ici  >  Accueil  >  Divers


Les exportations algériennes de gaz ont baissé d’au moins 20 %, depuis le début du mois de février, a indiqué à TSA une source proche des marchés internationaux. « La baisse des exportations algériennes porte sur au moins 20 %. Nous ignorons les raisons de cette baisse, mais elle pourrait être liée à l’attaque du site gazier d’In Amenas », a précisé cette source. Ce chiffre dément les affirmations du ministre de l’Énergie et des Mines ainsi que celles du PDG de Sonatrach. Les deux responsables ont répété à plusieurs reprises que les exportations algériennes de gaz n’avaient pas été affectées par la prise d’otages d’In Amenas.
 
La première conséquence de cette baisse s’est fait sentir en France. Ce mercredi 20 février, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a publié un communiqué dans lequel elle s’inquiète des tensions sur les prix du gaz dans le sud de la France. La CRE affirme avoir constaté un creusement, depuis le 9 février, des prix des échanges de gaz au comptant entre les deux principales zones du pays pour le commerce gazier, les points d'échanges de gaz (PEG) Nord et Sud.
 
« Les fortes hausses de prix constatées récemment s’inscrivent dans un contexte de prix du GNL asiatique très élevé. Ce prix particulièrement élevé au Japon est dû à la fois à l’accident de Fukushima, qui a entraîné un recours accru au gaz, et au pic de froid actuel. Ces hausses sont aussi la conséquence des restrictions d’approvisionnement de gaz en provenance d’Algérie, qui limite ses exportations, et du Nigeria, dont des livraisons de GNL ont été annulées », a précisé la CRE, sans fournir plus de précisions sur les raisons qui ont poussé l’Algérie à restreindre ses exportations. 
 
20/02/2013 à 15:19 | 1 commentairesRéagir

Articles relatifs

Vos réactions


Faut pas raconter n'importe quoi. Le marché du Gaz est libre depuis bien longtemps. Les Français comme les autres pays s'approvisionnent en grande partie sur le marché libre. Rien ne les oblige à acheter algérien. D'ailleurs l'Algérie ne fournit plus que 30 % des besoins français depuis longtemps... Si l'Algérie à des réductions de production de gaz la logique veut qu'elle privilégie ses clients avec lesquels elle a des contrats FERME sur le LONG TERME et coupe sur ses offres sur le marché SPOT....ce qui n’apparaîtrait NULLE PART a part les marchés boursiers si la réduction est jugée significative au niveau mondiale. Aucun client titulaire d'un contrat a long terme n'a signalé une reduction quelconque des livraisons algériennes. Par contre vu la saison d'hiver la demande AUGMENTE dans la majorité des pays ce qui entrainet une augmentation des prix comme consequence.... Quand au fond du probleme, la plupart des Experts sont pour la reduction des ventes de Gaz algériens. Ca ne sert à rien de pomper le Gaz pour le transformer en billets du Trésor US à 2 ou 3 %.... Vaut mieux laisser le surplus de gaz (dépassant les besoins financiers du pays) dans le sous sol pour les générations futures et il rapportera nettement plus dans les années à venir.......

  • 1
Autres titres de l'actualité
Nos services

Météo

alger
Alger

Minimum : 16°C
Maximum : 24°C
Constantine
Constantine

Minimum : 9°C
Maximum : 24°C
Oran
Oran

Minimum : 13°C
Maximum : 25°C