L’axe routier relie Béjaïa à Sétif et à Jijel: Deuxième jour de fermeture de la RN9 : le bras de fer habitants-wali de Béjaïa continue

Vous êtes ici  >  Accueil  >  Divers

Il comportera un capital de 24 points

Le permis à points officiellement instauré en Algérie



L’Algérie s’apprête à instaurer le permis de conduire à points. Le dernier numéro du Journal officiel fixe et détaille les modalités d’application des règles de la circulation routière. Le document instaure la délivrance d’un « permis à points » à tout détenteur de permis de conduire. Une grande nouveauté en Algérie. Ce nouveau permis entrera en vigueur dans un an, selon le décret. Comportant vingt?quatre points, il est censé « contribuer aux objectifs de sécurité routière » alors que, selon la dernière étude du Centre national de prévention et de sécurité routière, l’Algérie a connu quatre mille accidents de la route mortels dans les dix derniers mois.
 
Le décret fixe les règles de retrait des points selon le barème suivant : quatre sont retirés pour les contraventions du troisième degré, six pour celles du quatrième degré, et jusqu’à huit points pour un délit. Chaque décision de retrait sera transmise au fichier national des infractions aux règles de la sécurité routière. En cas de perte de tout le capital de points et donc de retrait total de permis, le conducteur est fiché en tant que « chauffeur récidiviste ». Mention qui sera retirée si le conducteur ne commet pas d’infractions dans les deux ans qui suivent.
 
Pour obtenir la reconstitution de la moitié de son capital de points, le détenteur du permis à points doit se soumettre, à ses frais, à une formation spécifique. Elle comprend un programme de sensibilisation aux causes et aux conséquences des accidents de la route, attestée par un document officiel. Chaque conducteur peut, au plus, suivre deux formations par an.

 

 
12/12/2011 à 21:47 | 7 commentairesRéagir

Articles relatifs

Vos réactions


Je vois d'ici le grand n'importe quoi que ca va donner. Je vais faire une comparaison qui ne me plait pas mais qui semble être objective dans ce cas ; la france, qui a commencer à lutter contre les infractions routières il y plus longtemps que nous, avait un système administratif et burocratique lourd qui ralentissez gravement le traitement des points, pendant de très longue années les francais n'avait aucune visibilité de leur situation et ne pouvaient que difficilement contester les senctions (ce qui est encore le cas pour les senctions). Cependant, nous en Algérie on veut instaurer ce même système ?! Non pas que je sois contre (bien au contraire), c'est juste que comme tout ce qui est entrepris chez nous, on met la charu avant les boeufs, il faut moderniser notre administration, notre fiscalité, notre texte de loi, investire dans la formation et la mise à jour du personnel et des outils et methode de travail, après seulement nous pourrons appliquer les lois et les decrets que nous voulons. Ca me fait penser à tous les "grands projets" lancé chez nous alors que nous n'avons rien préparer (pas de logistique, d'administration, de législation, de cahier des charges, de cabinets d'experts, de port, d'aeroport, de pole de compétitivité, d'étude de marché, de cartographie ou de topographie, aucune analyse prélable... et on continue pareil avec le permis :s

merci tuto1 t'a dit haut ce ke boco pensai bas. au bon entendeur salut

Bonjour à tous, encore un coup d'éclat, ça sera un sujet passionnant pendant un petit bout de temps avec plein de reflexions en tout genre notamment celles savantes en matière de circulation et du code de la route. Quant à l'application de la chose et surtout à veiller à son bon fonctionnement dans le temps, je parie toute ma fortune que ça retombera en patatra comme dans tous les autres secteurs...ne m'en voulez pas je suis comme ça, ne m'en voulez pas ça c'est moi... l'Algérie est ainsi faite et on ne changera pas sa nature.

Oui, sauf que les services de la circulation routière sont laissés à leur bon plaisir, sans référence à des normes objectives ou à la législation routière, notamment pour ce qui concerne la limitation de vitesse (limitation abusive actuellement), les contrôles routiers restent toujours des piégeages, comme toute la signalisation routière est souvent absurde (des vieux panneaux, des surcharges, des ambiguïtés, et des incongruités comme deux sens obligatoires posés côte à côte, l'interdiction de dépasser sur une double voie expresse, etc.)... Ces abus et inconséquences créent toutes les conditions des délits routiers, et donc des des délinquants routiers artificiels. Aussi y a-t-il à souhaiter que ce permis à points ne devienne pas lui aussi quelque part un "fonds de commerce" ou un business comme tant d'autres, source de nouveaux tracas des automobilistes qui n'en finissent pas d'être stressés par la route anomique, tout en étant vus ou désignés abusivement tous comme des chauffards terroristes de la route...

Moi, je propose carrément un test psychologique approfondi à passer aux candidats. Tout candidat présentant une once d'irresponsabilité ou de violence, doit être interdit d'avoir un permis pour 10 ans et à l'expiration de cette période, il doit passe un test de même nature et ainsi de suite.

Je propose de faire repasser l’ensemble des détenteurs des permis de conduire au Code de la route par des experts étrangers et de brider la vitesse et d’être sans pitié contre ceux qui ne respectent pas le code. La route algérienne est de venue un champ de bataille, personne ne respecte personne, en ville la route est la propriété des chauffards à la con. Ils ne s’arrêtent aux passages piétons, pas de clignotant, vitesse, insultes, klaxon…………Parce qu’ils ont une voiture, ils se la pètent grave !

il était temps car l'actuel système de retrait du permis a été proposé par des cons et des imbéciles .un retrait du permis de conduire avec une amende de 4000 da soit le tiers du SMIG dans un pays de corrompus à l'os ce qui a fait les beaux jours des auxiliaires de la gendarmerie et de la police .je défie le ministère de transport de dévoiler ses statistiques sur les retraits de permis selon la fonction .on n'y trouverait pas un seul magistrat , pas un seul officier , pas un seul chef de daira. les cons et les ignorants qui sont à l'origine du retrait savaient ils que l'algerie n'a pas de transport en commun ,de métro ?!! ya t il un service sanitaire qui conduirait un malade habitant un douar tombé malade en pleine nuit? eux la ba ils ont un service medicalisé avec des helicoptères disponibles H24.pays d'abrutis quand tu nous tient , alors on en a vu de toutes les couleurs.

  • 1
Autres titres de l'actualité
Nos services

Météo

alger
Alger

Minimum : 22°C
Maximum : 32°C
Constantine
Constantine

Minimum : 18°C
Maximum : 34°C
Oran
Oran

Minimum : 22°C
Maximum : 32°C