L’axe routier relie Béjaïa à Sétif et à Jijel: Deuxième jour de fermeture de la RN9 : le bras de fer habitants-wali de Béjaïa continue

Vous êtes ici  >  Accueil  >  Divers


00 h 02 – Aucun bilan n’a été donné pour le moment, selon la radio publique Chaîne 3 dans son journal de minuit. Les forces spéciales de l’armée nationale sont en opération sur le site.
 
23 h 15 – L’assaut ne serait pas terminé. L'armée maîtrise une partie du site mais l'usine serait toujours encerclée par les forces de sécurité, selon l’agence APS. Plus tôt dans la soirée, l’agence officielle annonçait la fin de l’assaut.
 
En début de soirée, une source locale indiquait à TSA que les forces spéciales entraient en action pour la libération des derniers otages. 
 
21 h 20 – Assaut de l’armée contre le site d’In Amenas : le ministre britannique des Affaires étrangères parle d’une « affreuse tragédie ». L’assaut est terminé, selon l’agence APS. Mais aucun bilan n’a été rendu public.

20 h 35 – L’assaut mené jeudi par l’armée nationale populaire (ANP) pour libérer les otages du site gazier d’In Amenas a pris fin jeudi soir, annonce l’agence APS qui cite les services de la wilaya. Aucun bilan sur cette opération n'a été donné pour le moment, précise l’APS. 

20 h 05 – Dahou Ould Kablia se contredit et confirme la piste de terroristes venus de Libye. Dans une déclaration au journal Echourouk, ce jeudi soir, le ministre de l’Intérieur affirme que le groupe terroriste auteur de l’attaque est venu de Libye où il a également préparé l’attaque. Mercredi soir, il avait affirmé que les terroristes étaient issus de la région d’In Amenas. Ce qui avait provoqué la colère des notables de la région qui lui ont répondu ce jeudi sur TSA.
 
19 h 50 – La Norvège reste sans nouvelles de neuf de ses ressortissants qui travaillaient sur le site gazier d’In Amenas, a annoncé jeudi le Premier ministre norvégien. « Nous manquons d'informations sûres concernant neuf » employés norvégiens de la compagnie Statoil, un des partenaires du projet gazier, a dit le Premier ministre, Jens Stoltenberg, lors d'un point de presse, cité par l’agence AFP.
 
19 h 35 – La piste de terroristes venus de Libye se précise. « Les terroristes ont pénétré sur le territoire algérien depuis nos frontières avec la Libye. Ils appartiennent au groupe Boucheneb, qui obéit aux ordres de Mokhtar Belmokhtar. Le groupe est très actif au Mali. Il a rejoint récemment la Libye avant de rentrer en territoire algérien pour exécuter la prise d’otages », précise une source locale à TSA.
 
19 h 25 – Les forces spéciales entrent en action pour la libération des derniers otages. Une force d’intervention spéciale de l’Armée nationale est sur les lieux pour libérer les derniers otages encore retenus au niveau du site gazier, affirme à TSA une source locale. « Contrairement à la première opération menée ce matin au niveau de la base de vie, l’armée ne peut pas recourir aux hélicoptères pour bombarder ce site et risquer de faire exploser toute la région », explique notre source.
 
« Ces forces vont pénétrer à l’intérieur du site dans les heures qui suivent », précise notre source, qui affirme que l’opération sera bouclée au plus tard d’ici demain vendredi à 11 h. La même source nous confirme la présence parmi les ravisseurs de terroristes de nationalités étrangères venus de Tunisie, et d'Égypte. Il y aurait aussi un Anglo‑Saxon. Ils seraient venus de Libye, affirme la même source.
 
19 h 05 – Première réaction officielle à l’assaut. Mohamed Saïd Belaid, ministre de la Communication, s’est exprimé à 19 h. Il a déploré quelques morts et des blessés parmi les otages, sans fournir de chiffres. Plusieurs otages algériens ont été libérés. Un nombre important de terroristes ont été neutralisés, a‑t‑il dit.
 
Le ministre a indiqué que l’assaut avait été donné en fin de matinée après le refus des terroristes de se rendre. Il a évoqué des terroristes de « plusieurs nationalités ». L’opération se poursuit toujours, compte tenu de la complexité du site, pour libérer le reste des otages, a‑t‑il affirmé.
 
18 h 45 – Abbas Bouaâmama, notable d’In Amenas à TSA : « la situation est calme maintenant au niveau de la base. Pour le moment, les forces de sécurité ont évacué les corps de quatre terroristes tués au moment de l'assaut. Un cinquième a été arrêté vivant. Mais il reste encore des terroristes au niveau de la base ».
 
18 h 20 – Plusieurs pays s’inquiètent des conditions de déroulement de l’opération menée par l’armée à In Amenas. La Maison Blanche a exprimé son inquiétude et a dit chercher à obtenir des « éclaircissements » de la part des autorités algériennes.
 
François Hollande évoque un dénouement de la prise d’otages dans des « conditions dramatiques ». Tokyo demande à Alger de cesser l’opération militaire. Le Premier ministre britannique a regretté jeudi de ne pas avoir été mis au courant à l'avance de l'opération militaire algérienne.
 
17 h 22 – Un drone américain survole In Amenas. Selon la radio américaine CBS, citée par le journal français Le Monde, un drone américain a survolé pour la première fois In Amenas, en mission d'observation.
 
17 h – Le groupe pétrolier britannique BP a annoncé jeudi qu'il était en train d'évacuer d'Algérie « un groupe de travailleurs non essentiels », après la prise d’otages sur son site d’In Amenas, rapporte l’agence AFP.

16 h 30 – Les terroristes ont refusé de négocier. Abbassi Bouâmama, notable de la région, a fait le voyage aujourd’hui à Illizi à la demande des autorités « qui ont sollicité les notables de la région pour négocier avec le groupe armé ». Six notables devaient se déplacer ce matin vers la base de Tiguentourine à In Amenas pour négocier : Ibrahim Ghouma, Djebril Ghoma, Bouâmama Abbas, Mansouri Guelal, Knaoui Sidi et Saïd Bouaâma. Ils devaient négocier la libération des otages. En échange, les autorités se seraient engagées à laisser les terroristes quitter le pays. Mais les ravisseurs ont finalement refusé le dialogue, précise notre source.

16 h 25 – Les notables d’In Amenas critiquent Dahou Ould Kablia. Ils n’ont pas apprécié les propos du ministre de l’Intérieur qui a affirmé que les preneurs d’otages étaient issus de la région. « Non, ce ne sont pas les enfants d’In Amenas. Les terroristes sont certainement venus de Libye », affirme à TSA Abbas Bouâmama, un des notables de la région. Ce dernier avance que les otages algériens qui ont réussi à quitter la base hier et aujourd’hui, avaient entendu parler avec des accents non algériens. « Les ravisseurs avaient plusieurs accents : égyptien, libyen. L’un d’entre eux parlait anglais, nous ont confirmé les otages », précise notre source.
 
16 h 05 – Près de 600 otages algériens libérés, selon l’agence APS qui cite des sources locales. 
 
15 h 55 – Quatre otages étrangers ont été libérés jeudi lors d'une opération lancée par les forces de l'Armée nationale populaire (ANP), a appris l'APS de sources locales. Il s'agit de deux Écossais, d'un Kenyan et d'un Français, a‑t‑on précisé de même source. Une autre source affirme que près de la moitié des otages étrangers ont été libérés, mais n’en précise ni le nombre ni la nationalité.
 
Par ailleurs, deux véhicules tout‑terrain qui ont tenté de prendre la fuite avec un nombre indéterminé de personnes à bord ont été pris pour cible par les forces de l'ANP.
 
L'opération de libération des otages, qui se poursuivait encore en début d'après‑midi, a fait plusieurs victimes, ajoutent les mêmes sources sans en préciser le nombre exact. Un violent accrochage s'est déroulé près de la base de vie du site gazier de Tiguentourine (In Amenas), a constaté un journaliste de l'APS.
 
14 h 45 – INFO TSA. Après l’assaut, l’armée contrôle totalement le site, affirme à TSA Knaoui Sidi, un notable de la région, joint au téléphone. L’armée est intervenue après une tentative des ravisseurs de quitter le site avec les otages. Aucun bilan n’est disponible concernant le nombre de victimes. 
 
14 h 40 – INFO TSA. L’armée algérienne a donné l’assaut contre les ravisseurs qui détiennent plusieurs dizaines d’otages algériens et étrangers, a indiqué à TSA Knaoui Sidi, un notable de la région, joint au téléphone. L’armée est intervenue après une tentative des ravisseurs de quitter le site avec les otages. Au moins un véhicule appartenant aux terroristes a été détruit. Plusieurs otages, dont deux étrangers, ont été libérés, selon la même source. « Il y a beaucoup de morts et de blessés mais aucun bilan n’est disponible », explique‑t‑il.
 
Les terroristes ont refusé de recevoir les notables de la région pour négocier, a ajouté Knaoui Sidi. Lourdement armés avec des armes sophistiquées, ils opposent une forte résistance aux forces de sécurité.

14 h – Trente-cinq otages et quinze ravisseurs, dont le chef du groupe Abou Barra, ont été tués dans l'assaut de l'armée algérienne, affirme la chaîne Al Jazeera.

Selon l'agence mauritanienne ANI, qui cite un porte‑parole de la katiba des Moulathamines, certains des otages occidentaux ont été tués avec leurs ravisseurs au cours d’un bombardement de l’aviation algérienne qui a ciblé le lieu de leur détention.
 
Le porte‑parole, qui parlait du lieu de détention des otages, a ajouté que la katiba des Moulathamines essayait de transporter une partie des otages vers un lieu plus sûr à bord de véhicules appartenant à la société exploitant le complexe gazier algérien mais que l’aviation algérienne les a bombardés, tuant en même temps otages et ravisseurs, sans en préciser le nombre.
 
13 h 45 – Le président français François Hollande a confirmé la présence de ressortissants français sur le site d’In Amenas, rapporte l’AFP. Devant une « situation confuse » qui évolue « d'heure en heure », le chef de l'État n'a pas voulu donner de précisions mais a indiqué avoir « à l'esprit la vie de nos ressortissants » « Il y en avait, il y en a sur ce site », a‑t‑il ajouté lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre portugais. Il a ajouté faire « toute confiance aux autorités algériennes » pour gérer la crise, selon la même source.
 
12 h 30 – Quarante otages algériens et dix étrangers ont réussi à quitter la base d’In Amenas, a indiqué à TSA Knaoui Sidi, un des notables de la région, sans donner de précisions sur l’identité des otages étrangers qui ont réussi à s’échapper. Selon Knaoui Sidi, les terroristes ont également tenté à plusieurs reprises de quitter le site avec des otages. Des tentatives qui ont été empêchées par les forces de sécurité. Cette situation a empêché la rencontre entre les notables et les terroristes qui était prévue à 11 h. « Nous allons rencontrer les preneurs d’otages dans une demi‑heure ou une heure », a‑t‑il affirmé.
 
11 h 50 – Les autorités algériennes gèrent seules la situation à Illizi. Selon des sources diplomatiques occidentales à Alger, elles ne fournissent que très peu d’informations sur la prise d’otages en cours dans le site de BP. « C’est confus », expliquent nos sources. 
 
11 h 30 – La compagnie pétrolière espagnole Cepsa a commencé à évacuer une partie de son personnel présent en Algérie après la prise d'otages d’In Amenas, a déclaré ce jeudi un porte‑parole de la société cité par le journal français 20 minutes
 
11 h 20 – Un otage algérien libéré critique les services de sécurité. Abdellah, l’un des otages algériens libérés, a été interrogé par la chaîne Al Jazeera. Il a appelé le président Abdelaziz Bouteflika à intervenir pour sauver les otages. Originaire de la région d’Illizi, Abdellah a également critiqué le manque de réactivité des nombreux agents de la gendarmerie chargés de la sécurité du site.
 
10 h 55 – Trente travailleurs algériens parviennent à s’échapper. Trente travailleurs algériens sont parvenus à s’échapper jeudi du site gazier de Tiguentourine, où ils étaient retenus en otage depuis mercredi par un groupe terroriste armé, rapporte l’agence APS qui cite la wilaya.
 
10 h 45 – INFO TSA. La France doit assumer la responsabilité de la prise d’otages selon Ansar Dine. La France doit assumer la responsabilité de l’attaque menée par le groupe terroriste contre la base pétrolière de Tiguentourine, près d’In Amenas, selon le groupe islamiste Ansar Dine. « C’est la France qui doit assumer la responsabilité de ce qui s’est passé [hier mercredi, NDLR] et de tout ce qui va se passer à l’avenir », indique à TSA, Mohamed Ag Aharib, l’un des porte‑parole du groupe. « Ce sont les conséquences de cette aventure », ajoute‑t‑il.
 
M. Ag Aharib affirme toutefois que son mouvement n’a aucune relation avec Mokhtar Belmokhtar. « Ansar Dine n’a jamais pris d’otages ou fait des actions pareilles. On n’était pas au courant de cette opération », précise‑t‑il. « Ansar Dine condamne avec la plus grande énergie cette attaque », dit‑il.
 
10 h 10 –  Rachid Nekkaz, le défenseur des Françaises portant le niqab, veut mener une médiation avec les preneurs d’otages. Le Franco‑Algérien, ex‑candidat à la présidentielle française de 2007 et surtout porte‑parole de l’association Touche pas à ma Constitution, défendant la liberté des femmes à porter le niqab, est attendu ce vendredi en Algérie pour tenter une médiation. « Il est très important qu’il y ait des hommes et des femmes de bonne volonté qui essaient d’apporter urgemment leur contribution pour éviter un bain de sang. Il faut penser aux otages, parce que si l’on ne fait rien, ils sont déjà condamnés à mort », déclare‑t‑il, ce jeudi 17 janvier à TSA.
 
M. Nekkaz pense avoir les arguments nécessaires qui lui permettront « d’amadouer, au moins partiellement, les preneurs d’otages ». Le premier est le fait qu’il soit un « musulman qui défend la liberté des musulmans dans le monde mais différemment, avec la loi ». Rachid Nekkaz rappelle son combat contre l’islamophobie et pour la défense des femmes portant le niqab en France. « J’ai porté plainte il y a deux jours contre Jean‑François Copé pour discrimination, diffamation et incitation à la haine raciale », dit‑il avant d’ajouter : « je pense que j’ai une forme de légitimité républicaine pour essayer de discuter avec les preneurs d’otages ».
 
9 h 30 – Hillary Clinton s’entretient avec Abdelmalek Sellal. « Nous condamnons vigoureusement l’attaque terroriste contre le personnel et les installations pétrolière britanniques à In Amenas », a indiqué la porte‑parole du Département d’État américain. « Nous suivons évidement la situation de très près. Nous sommes en contact avec les autorités algériennes et nos homologues diplomatiques à Alger ainsi qu’avec le Bureau chargé de la sécurité de BP à Londres. »
 
« Les informations que nous avons jusqu’à présent confirment que des Américains figurent parmi les otages […] .La secrétaire d’état s’est entretenue avec notre ambassadeur à Alger, et le Premier ministre Sellal », a‑t‑elle affirmé. Elle a aussi confirmé que l’ambassade a publié un message d’urgence destiné aux citoyens américains vivant ou se rendant en Algérie.
 
9 h 25 – Des notables de la région d’Illizi vont rencontrer les preneurs d’otages ce mercredi à 11 h sur le site, a indiqué à TSA Knaoui Sidi, un des notables de la région. « Nous allons discuter avec eux et voir quelles sont leurs revendications. Nous allons également leur transmettre une proposition : quitter le territoire algérien en toute sécurité mais sans les otages », a‑t‑il indiqué. Selon lui, le gouvernement est favorable à une telle solution.
 
Concernant les échanges de coups de feu dont a fait état un preneur d’otages sur la chaîne Al Jazeera, Knaoui Sidi affirme que les militaires algériens sont intervenus pour contrer une tentative des terroristes de quitter le site avec les otages. « Les terroristes ont tenté de sortir avec les otages. Ils ont été repoussés par les forces de sécurité », a‑t‑il affirmé. Selon un des preneurs d’otages interrogé par Al Jazeera, les tirs ont fait des blessés parmi les otages japonais.
 
9 h 05 – La chaîne Al Jazeera a interrogé en direct Abou Al Bara, un homme présenté comme faisant partie des preneurs d’otages d’In Amenas. Selon lui, les terroristes retiennent 41 otages de différentes nationalités, dont des Américains, des Britanniques et des Français. Les otages sont dispersés sur deux sites de la base pétrolière. Il a affirmé que des otages japonais ont été blessés par des tirs de l’armée algérienne.
 
Selon Abou Al Bara, les revendications du groupe terroriste sont d’ordre politique. Ils exigent la libération de prisonniers détenus en Algérie et dans d’autres pays. Ils affirment vouloir envoyer un message au pouvoir algérien pour dénoncer sa politique. Les ravisseurs sont prêts à négocier avec les pays des otages, affirment Abou Al Bara. Ils posent comme condition un retrait de l’armée algérienne des alentours du site.
 
8 h 50 – Jean‑Pierre Chevènement sur la radio Europe 1 : « Il est possible que la situation se dénoue militairement ». « Les Algériens sont les mieux placés pour régler la situation, ils ont une expérience de dix années où ils ont dû faire face, presque seuls, à la terreur islamiste […) Aujourd'hui, il faut leur faire confiance. L'Algérie est un pays souverain », a indiqué ce jeudi l'ancien ministre de la Défense Jean‑Pierre Chevènement, président du groupe amitié France‑Algérie. Interrogé sur un possible assaut des forces algériennes, il a estimé que « la décision incombera aux autorités algériennes ».
 
8 h 40 – Selon la chaîne Al Jazeera qui cite une source parmi les preneurs d’otages, des snipers de l’armée algérienne ont ouvert le feu. Ils auraient blessé deux otages. Al Jazeera ne fournit pas plus de précisions. Les ravisseurs menacent de tuer un otage britannique si l'assaut de l'armée algérienne ne cesse pas, selon Al Jazeera.
 
7 h 45 – Pour le Japon, la sécurité des otages est la « première priorité ». « Pour nous, la priorité absolue est la vie des otages et secourir l plus vite possible les ressortissants japonais en étroite collaboration avec les autorités des pays concernés », a déclaré le secrétaire général du gouvernement, Yoshihide Suga, lors d'une conférence de presse, cité par les agences de presse. Une déclaration qui sonne comme une réponse à l’intransigeance des autorités algériennes concernant les négociations avec les preneurs d’otages. Plusieurs Japonais sont retenus sur le site d’In Amenas.
 
7 h 25 – La prise d’otages sur le site pétrolier du britannique BP à In Amenas se poursuivait ce jeudi matin. Les terroristes détiennent toujours une quarantaine d’otages étrangers : Américains, Britanniques, Japonais, Norvégiens, etc. La France, directement concernée par le conflit au Mali, n’a toujours pas confirmé la présence d’otages français à In Amenas. Mais La chaîne française France 24 a affirmé mercredi avoir eu une conversation téléphonique avec un otage français, qui a assuré que des Malaisiens et des Philippins figuraient également parmi les otages.
 
Londres a confirmé la mort d’un de ses ressortissants. C'est « un meurtre de sang‑froid » et dire qu'il s'agit de représailles à l'intervention de la France au Mali est « une simple excuse », a déclaré à la presse le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague. Un Algérien a été tué dans l’assaut.

 

 
17/01/2013 à 07:25 | 91 commentairesRéagir

Articles relatifs

Vos réactions


vive l'anp. l'armée algérienne a bien fait. on ne discute pas avec les tangos, on les neutralise. on ne se réconcilie pas avec les tangos on les zigouille pour que leur semblables comprennent le message. par contre, il est temps pour la marabunta qui nous gouverne, de répondre aux besoins légitimes des populations du sud. après tout, si la vache à lait est au sud, il n'y a aucune raison pour que toutes ses mamelles soient au nord. ps: lorsqu'on parle de l'armée algérienne, on pense à tous ces officiers bardés de diplôme, aux sous-off et à tous ces djounoud qui travaillent pour que nous puissions vivre tranquillement. on ne pense évidement pas à ces généraux ventrus qui ne savent même pas lire une carte d'état-major mais qui excelle dans le "business" formel et informel.

C’est navrant que tout le monde critique la réaction Algérienne suite à cette prise d'otage. Certes ces malheureux qu’il y est autant de dommage. Je veux juste rappeler quand les USA (sans l’aval de l'ONU) à attaqué l'Irak personne ne c'est offusqué elle n’a demandé l’avis de personne et elle n’a rendu de compte à personne après les milliers de mort d’innocent. On oubli vite. Lorsqu’Israël bombarde les Palestiniens, on n’entend personne. Lorsque La France va en guerre en Libye sans demander l'avis des pays voisins et à cause de cette intervention, des armes sont aux mains de terroristes la aussi ça ne fait rien que la frontière Libyenne est une passoire plus personne pour la surveiller, personne ne remettez pas en cause. Lorsque la France attaque le Mali sans concertation et en ne tenons pas compte de la position Algérienne, la, on trouve que c’est normal, et la aussi, une frontière Malienne sans surveillance. Et lorsque l’Algérie agit sur son sol et pour défendre ces intérêts il faut qu’elle rende des comptes !!!!! Il faut arrêter de délirer. Qu’il y est une mauvaise intervention certes, mais que ces puissances viennent donner des leçons non, qu’ils viennent nous engueuler comment des enfants, arrêtons. Je fais remarquer aussi que sur certaines chaines d’informations que je ne citerai pas ils font presque passer les terroristes pour des personnes humaines et que l’armée Algérienne sont des sauvages et aussi que le problème n’est plus le Mali mais l’Algérie.

D'ailleurs ce matin la presse Française dit que parmi les tangos un homme de nationalité Française, mais ils ajoutent qu'ils ne savent pas si les origines des parents du tangos sont des Français ou d'origine Arabe, comme quoi la formule 3arbi HAWA 3arbi loukane ikoune colonnel ben daoud.

C'est le debut de la fin de ce regime d'ânes. Les puissances etrangeres ne laisserons jamais passer cette boucherie envers leurs ressortissants sans consequences.Esperons que les repercussions ne serons pas trop douloureuse pour ce pauvre peuple meurtri depuis des siecles.

Quand on connait la mentalité Gdanovisante ,soviétisante ,rentière et manquant cruellement d'efficience,d'efficacité et d'opérationnalité de commandement et d'exécution ; l'armée algérienne,le drs , leurs services et leurs commandos qu'ls s'appellent GIS,Ningas ou autres ne pouvaient intervenir qu'à la poutine mais en pire.car il ne s'agit pas non plus de faire des comparatifs réducteurs qui tentent d'annihiler et de porter tort aux grands efforts de poutine et de la russie pour opérationnaliser et à américaniser (au sens doctrinal et philosophique de l'efficience militaire et du renseignement) leur armée ,leurs services(fsb et autres) leurs intérêts géostratégiques ,leur sécurité et de celle de leur peuple,de leur ressortissants et de ceux qui y résident.l'exemple de la géorgie n'est pas loin.et au-delà des objectifs atteints ou non de cette intervention algérienne sur le site gazier de in aménas elle reste un échec cuisant du pouvoir algérien ,de l'armée et du drs au vu du bilan ,des pertes géostratégiques et des conséquences qui vont en découler .et sans occulter l'échec sécuritaire et géostratégique qui était la cause de cet acte de guerre contre l'algérie à travers l'attaque terroriste contre sur ce site gazier.aimant l'algérie ,son armée,ses forces spéciales ,le drs au service de notre sécurité nationale avec tous ses services j'aurai aimé dire autre chose que ce commentaire. mais parfois dire la vérité à ceux qu'on aiment leur rend service et leur fait du bien ainsi qu'à la nation.Autre chose à dire: quand la russie intervient en géorgie elle le fait autant pour répondre au cris de secours des russophiles de géorgie qu'autant pour ses intérêts vitaux et géostratégiques.depuis lors la grande russie ne fait que gagner en terme de puissance,de prééminence et de satbilité.l'algérie aurait pu gagner autant dans la bataille du mali en répondant à son cri de secours par des frappes aériennes chirurgicales et par un commandement des forces africaines.de la sorte on aurait gagné le respect et l'estime des maliens et des africains et on aurait défendu notre prééminence dans la sphère subsaharienne,notre sécurité natinale et nos intérêts vitaux sans intervention directe et sans enlisement.que dire d'autre sino, que dieu ait les Âmes des braves militaires et commandos algériens tués lors de cet assaut ainsi que celles de tous les otages tués et condoléances à leurs familles.quant aux terroristes qui souillent l'islam et le saint coran et s'attaquent au mali et à l'algérie faites dieu qu'ils brûlent en enfer. .

La France ami de l'Algérie, les montagnes, les monts et les plaines gardent encore l'odeur du napalm, celle du sang chaud qui à coulé, le son que les bombes laissaient, les viols, les milliers de crimes, même les pierre ont plus de dignités que certains, d'ailleurs les Français parlent à présent d'alliés, c'est à dire les States, les British, et les Nippon, quant à la supposée amitié c'est de la pisse de chaton, Fafa ami, fafa est un pays qui à des alliés ni plus ni moins, en revanche l'Algérie c'est juste un bon morceau de steak à bouffer en un seul coup, quand l'oncle SAM demandera des comptes, on verra de quel côté Fafa va se mettre, qui vivra verra !

Merci TSA pour votre travail. Je comprends pourquoi j,aime votre journal. Ma deuxieme remarque est destinée a' certains compatriotes qui oublient qu'il ya des morts et des familles qui vivent le stress ou le deuil alors qu'ils se permettent d,ecrire n'importe quoi.... SVP LAISSONS NOS DIVERGENCES DE COTÉ. Nous devons etre solidaires et unis contre l'ennemi de notre patrie: le terrorisme.

À partir de maintenant nous ne voulons plus savoir comment les autorités auraient dûs réagir, ils devront comprendre qu'ils est temps de partir et de permettre à l'Algerie d'être dirigé par des gens élus democratiquement dans un environement laique.

Ouais, je crain qui tu a parfaitement raison Abdel307, mais bon, j'ai de droit de rêver !

@lafalaise: ne sois pas ci sur mon ami, si il y a une chose que ce gouvernement sait faire c'est de renaître de ses cendre

Autres titres de l'actualité
Nos services

Météo

alger
Alger

Minimum : 13°C
Maximum : 23°C
Constantine
Constantine

Minimum : 6°C
Maximum : 21°C
Oran
Oran

Minimum : 12°C
Maximum : 24°C