L’axe routier relie Béjaïa à Sétif et à Jijel: Deuxième jour de fermeture de la RN9 : le bras de fer habitants-wali de Béjaïa continue

Vous êtes ici  >  Accueil  >  Diplomatie


À vingt‑quatre heures de la visite, prévue demain dimanche, du Premier ministre malien Django Sissoko à Alger, la situation sur le terrain cahoteux des opérations met de facto Alger sur le pied de guerre, une dangereuse option dans une sous‑région présentée comme le "ventre mou" du continent noir.

Appuyée par des troupes françaises – et africaines ? –, l’armée régulière malienne a lancé une contre‑offensive hier vendredi pour repousser les attaques des islamistes. Et ce n’est ni l’état d’urgence décrété par Bamako, ni ce qui est présenté comme la volonté pieuse des Occidentaux d’empêcher les islamistes d’installer un "État terroriste" au Mali qui va changer la donne dans un conflit que l’on savait internationalisé dès la désignation par l’instance onusienne de Romano Prodi en tant qu’envoyé spécial pour le Sahel. 
 
Au moment où une réunion justement consacrée à la sécurité au Sahel se tient à Ghadamès (Libye) en présence d’Abdelmalek Sellal et de ses homologues libyen et tunisien, quel sens donner à l’intervention franche et directe de la France dans le bourbier malien ? Alger, qui voit ce dangereux conflit – se jouant à huis clos à ses frontières méridionales  lui échapper totalement ou presque, n’a pas été vraiment consulté. François Hollande, accueilli en grande pompe le 19 décembre en Algérie, n’a même pas pris son téléphone pour informer Abdelaziz Bouteflika. Seul Laurent Fabius a téléphoné hier à Mourad Medelci.
 
Preuve qu’Alger et Paris ont des feuilles de route divergentes sur le règlement du conflit, le "temps suffisant" que pensait avoir la timorée diplomatie algérienne pour agir dans le sens d’une solution politique, sur la base d’un dialogue entre les protagonistes les plus influents de la crise malienne. Jeudi encore, des notables des tribus du nord du Mali étaient à Adrar (sud algérien) pour discuter avec des cheikhs notables de l’extrême‑sud algérien.
 
Ces dernières semaines, l’Algérie, victime collatérale directe en cas d’embrasement du conflit, a fait un travail considérable en vue d’une solution négociée, en ralliant notamment à son point de vue le Burkina Faso et la Mauritanie. La venue à Alger en décembre dernier de représentants d’Ansar Dine et du MNLA, qui se sont mis d’accord (temporairement) pour retourner à la table des négociations avec le gouvernement de Bamako est également un pas encourageant.
 
Aujourd’hui, il faut bien reconnaître que le forcing de Paris et de ses "amis" africains pour une intervention militaire met piteusement en échec les efforts déployés par Alger pour repousser le spectre d’une guerre totale à ses portes. L’Algérie apparaît désormais hors course dans ce conflit. Elle se voit ainsi entraîner contre son gré dans une aventure aux conséquences incommensurables sur toute la sous‑région du Sahel. Comment notre diplomatie n’avait‑elle pas vu venir une telle situation ? C’est d’autant plus inexplicable que la France avait déjà fait publiquement état de son intention d’aller vers une solution militaire « probable à un moment ou à un autre », selon Laurent Fabius.
 
Avec le soutien non dissimulé de Washington, Londres et Berlin à l’option militaire de la France, quel marge de manœuvre reste‑t‑ il à Alger pour conjurer une situation désastreuse à ses frontières, les plus difficiles à contrôler, et ses retombées au triple plan militaro‑stratégique, sécuritaire et humain ?

 

 
12/01/2013 à 14:05 | 10 commentairesRéagir

Articles relatifs

Vos réactions


question a 1 doro : pourquoi le maitre demanderait il la permission a son subordonné avant de faire qq chose ??? pour ce qui pense qu'hollande était a alger pour avoir l'aval de fakhamatouhou ils se fourrent le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. hollande était chez nous pour signer des contrats tres juteux pour la france (exlusivité renault, terrain d'experimentation pour la gaz de schiste,...etc.) et pas du tt benefique pour l'algerie. ils ont carrement bradder notre grande algerie

Sur les événements du Mali la gunte au pouvoir à Alger croyait pouvoir jouer le même jeu trouble et morbide que celui qu'elle joue impunément en Algérie même. Mais là elle a à faire à une communauté International pas dupe de la duplicité du système Algérien. Sur ce dossier la France à eu raison d'intervenir pour éliminer à la racine et rapidement cette graine de désolation.

Oullah que c'est énervant, les traîtres voyous ne sont pas seulement au niveau du gouvernement, mais ici aussi un petit nombre se comportent en voyous au détriment des sages qui ont contribué avec ouverture d'esprit à ce forum, jadis, le considèrent comme espace exemplaire en matière de liberté, d'expression et d’échange de haut niveau, aujourd'hui ceux-là se font de plus en plus discrets, voire quittés carrément le forum au détriment de ces haineux qui à longueur de journée vomissent les mêmes excréments et qui guettent et surgissent sur tout ce qui dit quoi...bientôt on ne pourra plus publier un poste avant de leur demander pardon.

Les statistiques de la revue spécialisée dans la défense de la ville de Bechloul, indique que nous sommes en phase de devenir la première puissance au monde ! après les satellites que l'Algérie est entraine de fabriquer, fin 2013 seront sur orbite, ils sont capable de donner la couleur des cils d'une personne au sol sous une température de 50 °, les drones fabriquer du côté de Tiaret vont aider nos forces spéciales à faire le boulot, des avions de combats produit en chaîne à Bechar, il y a dans les valises de Bouteflika un plan qu'il acheter au Qatar, nous allons fabriquer notre premier porte avion, nous allons l'appeler selon toute vraisemblance porte avion Fakhamatouhou.

l algerie est la deuxieme puissance militaire africaine apres l egypte.et la troisieme dans le monde arabe .son poids n est pas a negliger , ses ressources humaines et economiques n ont plus malgre la gestion calamiteuse du pays.

Si la France est intervenue à ce stade, c'est que les rebelles étaient passe de prendre le Sud du Mali qui aurait mis ce pays dans un état irrécupérable pour la France qui n'a que la raison des intérêts pour intervenir : elle s'en fout des maliens et encore plus des touaregs. De plus, d'un point de vue stratégique, si les rebelles prennent place dans le Sud, toutes attaques occidentales ou des supplétifs africains mettraient en péril toutes les frontières du Mali et pas juste celles avec l'Algérie comme le souhaitent français et leurs supplétifs makhzeniens du Maroc ... Or déstabiliser le Niger, le Burkina, la Mauritanie ... rendrait la situation ingérable et la tâche de maitien difficile pour la France ! Je pense que techniquement si le MNLA et Ansar Dine prennent position au Sud, les choses riquent vraiment de ce gater pour la Françafrique !!!! Hollande ou Sarkozy ou Chirac ou Mitterand c'est Moussa lhadj et lhadj Moussa ! Kif kif bourricot !!! L'Algérie aura toujours raison de se méfier de leurs discours vides de sens !!! Quand je pense que des drapeaux algériens flottaient à la Bastille quand ce trou-du-cul de Hollande a été élu ou que l'autre idiot du village lui a fait un baise-main à la marocaine !!!

L'Algérie est un état souverain et indépendant pour ceux qui l'aurait oublié,Alger à fait part de sa position dans le dossier malien et peu importe que cela en déplaise à certains vas t en guerre.La France impérialo-sioniste cinquiéme puissance militaire au monde à peine le pied posé au Mali et en Somalie vient de subir une lourde défaite elle se retrouve seule et en appelle à l'aide.Les pays de la cédéao se montrent quelque peu réticents quant à l'envoi de leurs troupes l'Algérie fait bien de se tenir loin de se bourbier...pour le moment.Attendons de voir la suite des événements.

L’Algérie ce n'est pas une puissance nucléaire, encore moins militaire, encore moins économique, nullement une démocratie, elle ne représente rien, c'est juste un puits de pétrole et de gaz que les autres vident avec l’appui d'une mafia au pouvoir, une mafia veille, sénile et illégitime, qui va écouter des dirigeants comme les nôtres, qui va donner du crédit à un pouvoir voyous et voleur, contrairement à nous, les ministres de l'intérieur des pays dit moderne savent ce qui se passent sur le territoire de leurs pays, ils savent par exemple, qui de nos dirigeants possède quoi comme compte bancaire, les montants déposés, le patrimoine immobiliers, les boites de nuits que nos voyous fréquentent pendant leurs séjour chez eux, ils savent le type de pouvoir dont dispose l'Algérie, une mafia, et là ou on se respecte, o, ne cause pas avec une mafia, on ne tient pas au courant une mafia, de surcroit cette mafia invite les tangos à la table de la république, cela est insensé pour eux, alors nous sommes ignorés et oublier.

après avoir lamentablement échoué dans sa compréhension des "crises" libyenne et tunisienne, il semblerait que la "diplomatie" (remarquez les guillemets) algérienne, sclérosée et fossilisée grâce à la petite touche de notre bienaimé fakhamatouhou national (fossile vivant secondé, en cela, par un deuxième fossile sortant des "galeries algériennes")n'ai toujours rien compris à la dynamique qui secoue le monde arabe en particulier et l'afrique et le moyen-orient, en général. de fait, l'impérialisme yankee en particulier et l'impérialisme en général se sont engagés dans une lutte à mort avec la chine, en particulier, pour le contrôle des ressources naturelles dont regorgent ces régions. dans cette optique, le monde arabe doit être dépecé au profit de l'impérialisme yankee d'une part et au profit de l'entité sioniste, d'autre part. en effet l'entité sioniste et l'impérialisme ne doivent être confrontés qu'à des entités insignifiantes (des micro-états basés sur des paramètres ethnique ou religieux)qui ne pourraient jamais remettre en cause l'hégémonie sans partage du sionisme. quant à l'afrique, un partage des tâches permet à des pays impérialistes de seconde zone (la france, en l'occurrence) d'intervenir pour assurer leur propre intérêts. moralité de l'histoire: lorsque le mali aura été pacifié et que la vermine islamiste aura été neutralisé, la marabunta qui nous gouverne enverra un émissaire à bamako et répétera la position éculée de non-intervention dans les affaires intérieures des pays étrangers. trop d'eau aura alors coulé sous les ponts et la pourriture qui nous gouverne ne saura plus à quel derviche tourneur se vouer.

Pensez- vous qu'en lisant votre article on va croire un seul moment qu'Alger n'est pas dans la confidence ? Pourquoi Hollande tenait coûte que coûte à effectuer le déplacement à Alger ? Si ce n'est pour avoir l"aval d'Alger pour une intervention militaire. Chose que n'a pas obtenu sarkozy. Pour preuve que Hollande a eu le OK d'alger, c'est le timing de l'intervention. Faut arrêter de nous prendre pour des demeurés.

  • 1
Autres titres de l'actualité
Nos services

Météo

alger
Alger

Minimum : 16°C
Maximum : 24°C
Constantine
Constantine

Minimum : 9°C
Maximum : 24°C
Oran
Oran

Minimum : 13°C
Maximum : 25°C